La rubrique “Less is more”, c’est une sélection en toute subjectivité de mes 5 vins préférés du mois. 5 vins, ni plus, ni moins, que je vous présente de manière détaillée à travers la dégustation et le domaine.

NeroBaronj, Azienda Agricola Gulfi, 2010

Oú les influences du bassin méditerranéen se mélangent – Commençons cette sélection d’avril sur les notes chaleureuses et ensoleillées du Nero d’Avola, en Sicile, avec un vin qui révèle tous les arômes typiques de ce terroir, NeroBaronj.

NeroBaronj tient son nom de la parcelle de 3 ha du même nom (Baroni), située à 50 mètres d’altitude à l’extrême sud-est de la Sicile, sur la localité Pacino. La densité de plantation y assure une récolte de grande qualité sur un terroir très largement calcaire où l’on sent poindre les influences du continent africain. En effet, le climat, et le vent en particulier (Sirocco), apporte des courants très chauds (plus de 40°C) depuis l’Afrique. Heureusement que la proximité de la mer apporte un peu de fraîcheur à cette vigne non-irriguée afin de tempérer un climat parfois extrême.

Un plat à base d’épices douces, comme le curcuma ou le safran, de noix de cajou grillés et d’oignons confits révélera ce métissage entre Europe et Afrique: un tajine de poulet au safran sera parfait !

Sur ce millésime 2010, servi à une température de 15°C pour rafraichir un peu le plat, les arômes s’annoncent tout en douceur et en subtilité. Au nez, on y retrouve des notes de fruits noirs comme la prune ou la mûre mais également des notes herbacées (origan) et de tomates séchées. Les épices du plat soutiennent également des notes plus végétales d’herbes sauvages fraichement coupées. Ce vin respire son terroir avec une pointe saline du fait de sa proximité avec Méditerranée. En bouche, c’est soyeux et la maturité des raisins est plutôt bien domptée pour tempérer la puissance de tels vins.

NeroBaronj est un vin agréablement digeste pour cette région qui nous a habitué à des vins souvent bien plus charpentés.

Le domaine

Le domaine Gulfi se situe sur la commune de Chiaramonte Gulfi en Sicile. En bio depuis 20 ans, le domaine soigne le travail à la vigne et à la cave en intervenant le moins possible.

Réparti sur 70 ha, le vignoble se situe majoritairement dans la partie orientale de la Sicile mais on trouve aussi quelques parcelles au terroir volcanique si particulier, plus au nord, à 850 mètres d’altitude, sur les pentes de l’Etna.

Le climat de la Sicile est particulièrement propice à l’agriculture biologique et le domaine Gulfi revendique n’utiliser que des fumiers de production locale comme entretien de la vigne. La stabilité du climat, à la fois chaud et sec, met la vigne à l’abri des champignons et autres parasites. Le recours à des produits supplémentaires tel que le cuivre et le soufre n’est donc pas utile.

A la mise, l’ajout de soufre reste minime sur l’ensemble des cuvées et n’assure que la stabilité nécessaire à des vins souvent exportés.

Les vins du domaine Gulfi sont des vins siciliens plus sages que ceux de l’Azienda Agricola Cos ou d’Ariana Occhipinti mais leur élégance ravira tous les palais gourmands de vins fins et typés.

C.da. Patrìa
97012 Chiaramonte Gulfi (Raguse)
Sicile – Italie
Tel. +39 (0)932 921 654
info@gulfi.it

Le vin

NeroBaronj, IGT Sicilia, 2010
100% Nero d’Avola
20 euros chez le caviste

La Fage, Cosse Maisonneuve, 2013

Cahors, autrement – Matthieu Cosse et Catherine Maisonneuve jouent les équilibristes sur cette cuvée entre densité et légèreté. Et quelle réussite !

Au nez, le premier mot qui me vient est « délicatesse », pas forcément évident pour un Cahors ! En effet, sur une appellation où les vins puissants sont souvent alourdis par leurs tannins et leur alcool, il est plaisant de découvrir des vins équilibrés, tout en élégante fraîcheur. Le nez n’est pas exubérant et se structure autour de notes subtilement distillées de cassis, suivis de parfums plus végétaux de jeunes pousses et de fleurs (bleuets). En bouche, les arômes de fruits noirs persistent et les tannins suaves apportent une belle minéralité à l’ensemble. Mais La Fage ne renie cependant pas la puissance du Malbec sous ces latitudes.

Ce soir-là au café Chez Zinette, à Genève, se fut le compagnon de route idéal d’une souris d’agneau à la tapenade d’olive. Il se révéla également très agréable pour lui-même le lendemain en souvenir de cette belle découverte.

Le domaine

Le domaine Cosse et Maisonneuve se situe à Prayssac, non loin de Cahors, en bordure du Lot. A sa création en 1999, Matthieu Cosse et Catherine Maisonneuve partirent de rien, travaillèrent un moment en fermage puis furent accompagné par Lilian Bérillion, un pépiniériste reconnu pour son travail sur la diversité et la pérennité de la vigne, dans leur sélection de cépages de Côt (ou Malbec) qui est plantée sur la quasi totalité de la quinzaine d’hectares que compte le domaine aujourd’hui.

Le domaine propose 5 cuvées qui expriment bien la diversité de leurs terroirs avec des résultats d’une grande finesse aromatique. On jurerait ces vins issus de vignes bien plus anciennes.

Les deux associés ont fait le choix de veiller sur la vigne à bonne distance pour laisser la personnalité de chaque millésime s’épanouir pleinement. Il va sans dire que la viticulture est conduite en biodynamie et ce, depuis le départ.

Les vins du domaine sont aujourd’hui toujours plus difficiles à trouver car l’offre reste limitée. Si vous croisez leur route, je ne saurais que trop vous conseiller d’investir pour votre cave car ce sont des vins avec un beau potentiel de garde.

Les Combes Basses
46700 Lacapelle-Cabanac
France
cossemaisonneuve@orange.fr
+33 (0)5 65 24 22 37

Le vin

La Fage, Cahors, 2013
100% Malbec
16 euros chez le caviste

Métisse, Maxime Magnon, 2015

Le premier de l’année ! – De nouveau le Sud-Ouest pour le troisième vin du mois. Plus précisément dans les Corbières pour parler d’un rosé unique, avec une robe d’un rouge délicat aux reflets ambrés, vinifié par Maxime Magnon qui en propose une interprétation pleine de fraîcheur printanière, délicatement épicée, à base de Grenache, Carignan et Cinsault.

Distillant des parfums floraux avec de subtiles notes à la fois fruitées et minérales, Métisse est le complice de la cuisine d’inspiration asiatique comme, par exemple, un bouillon thaï de crevettes – pour son côté iodé.

La finesse n’empêchant pas la gourmandise, les notes de baies rouges (groseille et framboise) rendant ce vin fort agréable en prologue de l’été où il sera bien évidemment présent à l’apéro !

Le domaine

Maxime Magnon travaille sur 14 ha en Corbières depuis 2002. L’exigence et la passion comme fil conducteur de son travail en ont fait un vigneron remarqué sur l’appellation. L’élégance et l’équilibre sur l’ensemble de ses cuvées en blanc, rouge et rosé ont souvent surpris sur cette appellation jugée plutôt rustique.

Le domaine est bien évidemment conduit en bio et influencé par la pratique de la biodynamie. Il constitue un ensemble harmonieux où les ovins pâturent à l’automne ainsi qu’au début du printemps, améliorant la qualité des sols sur des reliefs peu adaptés à la mécanisation, comme un retour à des méthodes simples d’avant le miracle industriel.

Sans revendication ni prétention, à son rythme, Maxime Magnon propose aujourd’hui, avec quelques autres, une relecture de ces terroirs : respect de la biodiversité et sensibilité à participer à la richesse des paysages et à leur conservation.

4 Rue des Moulins
11360 Villeneuve-les-Corbières
France
+33 (0)4 68 45 84 71
maxime.magnon@orange.fr

Le vin

Métisse, Corbières, 2015
40% Grenache gris, 40% Cinsault, 20% Mourvèdre
(varie apparemment selon les millésimes)
18 euros chez le caviste

Magnus, Haut-Campagnau, 4102

Décontraction et gourmandise – Connaissant la tendance de Dominique Andiran, propriétaire du domaine, à produire des vins entiers, bien vivants, j’avais prévu d’aérer le vin quelques heures afin d’en profiter pleinement.

Magnus est issu de la trilogie bordelaise (Merlot, Cabernet Franc et Cabernet Sauvignon) complétée par le Tannat, un cépage local présent dans de nombreuses appellations du sud-ouest. C’est un vin gourmand, avec une belle acidité maîtrisée qui tempère la puissance et la maturité d’un vin sous ces latitudes.

Ici, pas de prise de tête, le plaisir est assuré. C’est un jus facile qui réveille les papilles sans autre prétention que d’accompagner un bon moment à l’apéro ou à table, en toute décontraction. Alors pourquoi attendre ?

Le domaine

Pour ceux qui auraient dormis pendant les cours de géographie, Montréal est aussi un village du Gers et pas uniquement la deuxième ville du Canada ! Situé entre de grands crus d’Armagnac et le plus grand domaine viticole d’Europe, le domaine a sorti son premier millésime en 2001.

Dominque Andiran propose des vins instinctifs, guidé par ses envies. Il ne s’interdit pas de travailler avec les cépages bordelais, bourguignons mais aussi avec de vieux cépages autochtones. Il vinifie en sec, en mœlleux, sous voile, etc. Il éveillera souvent la curiosité des amateurs aventureux, quitte à passer ses vins en Vin de France.

Place Des Arcades
32250 Montréal
France
+33 (0)5 62 29 11 56
hautcampagnau@aliceadsl.fr

Le vin

Magnus, Vin de France, 2014 (mais il ne faut pas le dire, c’est un vin de France !)
Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Tannat
10 euros chez le caviste local

Atsuko, Les Mille Vignes, 2011

Élégance sous les cerisiers en fleurs – Jamais deux sans trois. Et on reste donc dans le Sud-Ouest, sur la première appellation du Languedoc ayant reçu l’AOC en 1948, Fitou. Une aire viticole trop longtemps délaissée où il se passe aujourd’hui des choses prometteuses pour l’avenir de ce vignoble.

Ces dernières années, ma référence en Fitou restait le bien nommé Oufti ! Un Fitou charnu et charnel du tout jeune Mas des Caprices à Leucate. Atsuko quant à lui, nous fait voyager dans d’autres contrées, il est plus nuancé avec une belle longueur et une finale très poivrée. La douceur de son nom évoque le Japon et ses cerisiers en fleur. Issu de vieilles vignes de Grenache qui furent un temps utilisées pour vinifier un cru de Rivesaltes, jusqu’à ce qu’un diplomate japonais souffle l’idée d’une cuvée 100% Grenache à Jacques Guerin, fondateur du domaine et père de l’actuel propriétaire, Valérie Guerin.

Atsuko est un vin tout en finesse qui ne refuse pas la densité et la puissance des grands crus du Sud-Ouest, rafraîchies par la proximité maritime. Pour en profiter pleinement, un millésime de 4 à 5 ans minimum sera idéal. N’étant vinifié que sur les grandes années, en quantité relativement faibles (2000 bouteilles), et issu d’une seule parcelle, c’est un vin à réserver à des moments d’exception.

Le domaine

Crée à la fin des années 1970, le Domaine des Mille Vignes se situe sur la façade méditerranéenne de l’appellation Fitou, à La Palme. Le domaine totalise une douzaine d’hectares cultivés en très faibles rendements de l’ordre de 25hl/ha et selon des principes biologiques dans le respect de la vigne pour obtenir les meilleurs raisins, issus de sélections massales pour certaines cuvées afin de valoriser l’originalité du terroir et l’histoire du vignoble.

Au chai, on travaille avec des levures indigènes, pratique les macérations longues afin d’obtenir des extractions justes. Les rouges sont passés en fut sur une période de 18 mois et les blancs élevés sur lies pendant 6 mois afin de révéler les arômes et stabiliser les vins.

Les cuvées sont issues des appellations Fitou, Rivesaltes, Muscat de Rivesaltes et IGP des Pays de l’Aude.

24 Avenue San Brancat
11480 La Palme
France
+33 (0)4 68 48 57 14
les.mille.vignes@free.fr

Le vin

Atsuko, Fitou, 2011
Grenache (complété par Carignan et Mourvèdre en proportions variables)
47 euros en bar à vin (très honnête !)
40 euros au domaine